Les aidants naturels de ce blog

Aujourd’hui lundi, j’ai commencé à recevoir des appels téléphoniques, il y a plein de personnes en fait en France qui ont envie de soutenir des projets, qui ont envie que les choses bougent , et qui sont prêtes à m’aider à réussir ce projet un peu fou d’ouvrir un master en préjugeant de sa faisabilité alors que je suis déjà hors délai administratif pour plein d’institutions qui ont bouclé leur budget formation . L’ANFH aujourd’hui m’a soutenue, par le biais de plusieurs délégués régionaux le CRES de Haute Normandie, des personnes du CHU de Rouen , il me faut donc être à la hauteur . Le syndicat national des professionnels infirmiers m’a proposé de mettre sur leur site la présentation de ce niveau diplôme. Cet après midi, une jeune femme de 30 ans de l’infirmière magazine est venue m’intervivewer sur les premiers écrits ayant trait au counseling dans le VIH. Cela m’a fait me replonger plus de 20 ans en arrière . Elle m’a donnée des nouvelles des infirmières de Marseille Nord que j’ai formées et qui me transmettaient leur bonjour.  J’ai aussi perçu dans l’enthousiasme et la pertinence de ses questions que quelque chose s’était passé en France au cours de ces vingt dernières années . Pour elle il allait de soi qu’il fallait accompagner les personnes et leur entoruage lors d’une annonce d’un diagnostic sévère ou dans le cadre de la contrainte de traitements à prendre à vie et qu’ne approche humaniste allait de soi !J’ai travaillé toute la journée  avec Lennize sur la création du manuel du formateur pour une formation en néphrologie à l’observance et à l’éducation thérapeutique qui va se dérouler dans le Nord .  Je crois qu’on a bien travaillé aussi parce qu’il y a ce projet de master et que donc il va falloir décrire, documenter, faire des recherches qui démontrent le lien entre la théorie, la pratique, la formation des professionnels .J’avais en arrière pensée le master, tout ce qu’il faut encore faire pour le faire aboutir mais en fait ce soir avant de diner avec un viel ami chercheur engagé comme moi dans la tentative de faire basculer le monde de la recherche dans celui de la vie , j’ai décidé de revenir à mon blog pour dire merci à toutes les personnes qui m’ont aidée aujourd’hui à dire : « oui je persiste dans cette idée qu’il faut s’engager dans la reconnaissance universitaire  des professionnels de terrain qui osent des approches nouvelles avec les patients comme l’empathie, l’écoute, l’acceptation de l’autre même dans son refus de se traiter . Entretemps j’ai reçu le compte rendu d’une consultation d’aide à l’observance conduite dans le service de néphrologie de la Pitié , je vais lire ce compte rendu en me disant que la journée a été intense mais que tous les points abordés aujourd’hui se répondent et font écho au même espoir et à la même conviction : les forces de vie doivent souvent se relancer pour un patient qui est confronté à une maladie chronique ou une désorganisation somatique évolutive sévère. Cette éducation là ce n’est pas une prescription ou une injonction ou voire même une information qui peut en rendre compte  c’est bien plus. C’est une relation qui doit présenter assez de garantie pour s’attacher à ce travail de relance, de soutien et d’accompagnement . Je pense que dans le master, il va falloir être très clair sur cette question. Il ne s’agit pas d’éduquer le patient, il s’agit de bien plus, il s’agit de faire le pari d’une rencontre d’être à être. J’ai sorti de ma bibliothèque un vieux numéro de l’ARC consacré à Winnicott, je compte le faire parler dans les transversalités du master !

Publicités

Merci de donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s