La question de l’ouverture des DU en éducation thérapeutique aux patients-experts

A l’heure où les recommandations officielles posent la nécessité de concevoir les programmes en éducation thérapeutique en partenariat avec les patients et les associations de patients, il me parait opportun d’ouvrir les DU en éducation thérapeutique aux patients-experts en exercice. Outre la conception des programmes, le patient-expert peut et doit être, au même titre que le soignant, un acteur de l’éducation thérapeutique en étant lui-même « éducateur » pour ses pairs.

 C’est dans cette optique que l’université Pierre et Marie Curie a intégré plus de 30% de patients-experts dans sa promotion 2009-2010. Le mixage des publics a été d’un grand intérêt pédagogique et scientifique. Créer des dispositifs où patients-experts et soignants apprennent ensemble est une urgence éducative et universitaire, car c’est dans la rencontre et l’apprentissage mutuel que se créent les cultures éducatives de demain en ce qui concerne l’éducation thérapeutique.

 Concevoir, construire avec les patients des programmes d’éducation thérapeutique passe par la reconnaissance officielle de leur travail aux côtés des soignants. Cette reconnaissance implique aussi l’accès des patients-experts à des formations diplômantes. Or, il existe encore des lieux universitaires où les candidatures de patients-experts sont refusées sans même leur donner le droit de bénéficier d’un entretien de validation des acquis de leur expérience acquise en termes de formation de leurs pairs ou de soignants.

 La mission de l’université et des universitaires que nous sommes, consiste à vérifier que chaque étudiant potentiel puisse bénéficier du droit à l’éducation et à la formation tout au long de la vie. Cela signifie beaucoup de travail de notre part et beaucoup d’adaptation de nos programmes, dans certaines conditions, mais c’est notre devoir que de nous soumettre aux contraintes pédagogiques que le droit à l’éducation, pour toutes et tous, requiert de notre part.

 Rien, dans la loi, n’empêche d’accueillir des patients-experts dans les DU. Toutes les réserves pédagogiques qui sont émises de ci ou de là, sont la plupart du temps des réserves institutionnelles. Le premier obstacle, à priori, est dû au fait que les DU en éducation thérapeutique sont souvent logés dans les mêmes lieux que les lieux de soin, ce qui empêcherait du coup de voir le patient-expert comme un formateur, un pédagogue voire même un étudiant de plein droit.

 Intégrer des patients-experts dans les DU en éducation thérapeutique ne devrait plus être une innovation.C’est une richesse incontournable dans ce type de cursus qui doit promouvoir la mixité des publics et des situations de formation.

Publicités

Merci de donner votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s